L’ange, le fou, le savant et le psychanalyste

 « Qu’est-ce qu’une pensée ? La pensée d’une pomme est-elle mot ou fruit ? Fruit, il sera d’Ève ou de Cézanne. Mot, il s’écrira ou se prononcera à voix haute. Un geste, une chute engageront des pensées plus complexes, comme la peur de l’Apocalypse et la loi de la gravitation. La première femme avait déjà fait le geste inverse, de bas en haut, pour cueillir le fruit de la connaissance. Étrange métrage des pas d’un Virgile, qui permet à l’homme de connaître ce qu’il arpente : sa mère d’abord, puis la terre et l’enfer.

Expériences sensitives, accès d’abstraction, fantaisies d’artiste ou jaillissement délirant, tout sort d’une même fabrique mentale. “Replongez-vous, pensées, au fond de mon âme”, disait Richard III.

Quand le silence d’une séance décide l’analyste à poser la question d’usage : “À quoi pensez-vous ?” l’analysant étendu sur le divan commence une phrase, puis s’interrompt : “Pourquoi me demander à quoi je pense ?” L’analyste hésite un instant : “Tant que vous ne vous entendrez pas le dire, me le dire, vous ne le saurez pas.”

Entre impensé et impensable, la pensée émerge et s’évanouit, se forme clairement ou défaille. De la formule d’un rêve à l’invention d’un nombre imaginaire, de l’obscurité d’une pensée du corps à l’écriture qui épouserait les pensées qu’elle fait naître, nous verrons les pensées sortir de l’ombre de l’insu. »