« La clinique psychanalytique doit consister non seulement à interroger l’analyse, mais à interroger les analystes, afin qu’ils rendent compte de ce que leur pratique a de hasardeux, qui justifie Freud d’avoir existé. » (J. Lacan, « Ouverture de la section clinique », Ornicar ?, n° 9). Il s’agit par conséquent, pour chacun des analystes praticiens participant à un laboratoire, d’interroger, avec les autres, sa propre pratique de la cure là où elle se mesure chaque fois à la singularité de la clinique. Ni contrôle, ni exposé savant donc, mais une recherche dont le thème qui oriente chaque laboratoire permet un questionnement théorique.

L’inscription dans les laboratoires implique un réel engagement de chacun à témoigner de l’expérience des cures qu’il mène. Interroger sa pratique, tâcher d’en rendre compte, suppose de remettre en question les points théoriques sur lesquels chacun prend appui ou peut achopper. Ce travail commun peut questionner, singulièrement pour chacun, l’intransmissible de la psychanalyse.

PARIS

Approches du contre-fantasme

Munis de l’injonction suivante :

« l’interprétation doit être preste pour satisfaire à l’entreprêt »

et lestés de l’avertissement

« qu’il n’y a de résistances que de l’analyste »,

la question se pose de savoir comment l’interprétation vient à l’analyste, c’est-à-dire à chacun d’entre nous, dans notre fauteuil.

 

Ce surgissement en prise sur le vif de la clinique n’en reste pas moins vécu, côté analyste, comme une expérience bien particulière, celle de la traversée de son corps propre par un

savoir insu, venu d’ailleurs.

Cette traversée, pour être toujours singulière et solitaire, est-elle pour autant ineffable et

intransmissible ?

Dans la tradition de l’EpSF, nous proposons cette année l’ouverture d’un laboratoire que nous aimerions intituler non pas « Exploration du contre-transfert », pour éviter peut-être de réduire le cadre analytique à un dispositif symétrique, mais « Approches du contre-fantasme », à savoir de ce qu’il en retourne lorsque deux corps sur un seul praticable mettent ...