Espaces et Laboratoires

Espace de pratiques et de clinique

Ouvert en 2011 à l’initiative de quelques membres de l’EPSF, l’Espace de pratiques et de clinique renoue avec la tradition des Espaces dans l’École. À côté des deux formations d’école que sont les cartels et la procédure de la passe, ce sont des espaces de parole et de recherche, ouverts sur l’extérieur de l’École. Les liens de travail qui s’y tissent et les passerelles avec d’autres disciplines qui s’y proposent permettent d’inscrire la psychanalyse dans la cité et de prendre en compte sa responsabilité face au malaise de notre culture.

Les différents lieux de cet espace sont actuellement : l’Espace « Questions cliniques et pratiques de la folie » ainsi que les deux Laboratoires de pratique psychanalytique.

Laboratoires de pratique psychanalytique

La vocation des « labos » est de saisir la clinique par le biais de la pratique :

La clinique psychanalytique doit consister non seulement à interroger l’analyse, mais à interroger les analystes, afin qu’ils rendent compte de ce que leur pratique a de hasardeux, qui justifie Freud d’avoir existé. J. Lacan, « Ouverture de la section clinique », Ornicar ? n°9.

Il s’agit par conséquent, pour chacun des analystes praticiens participant à un laboratoire, d’interroger, avec les autres, sa propre pratique de la cure là où elle se mesure chaque fois à la singularité de la clinique. Ni contrôle, ni exposé savant donc, mais une recherche dont le thème qui oriente chaque laboratoire permet un questionnement théorique.

L’inscription dans les laboratoires implique un réel engagement de chacun à témoigner de l’expérience des cures qu’il mène. Interroger sa pratique, tâcher d’en rendre compte, suppose de remettre en question les points théoriques sur lesquels chacun prend appui ou peut achopper. Ce travail commun ne peut-il questionner, singulièrement pour chacun, l’intransmissible de la psychanalyse ?

Tout psychanalyste ayant une pratique analytique, intéressé par cette expérience, peut s’adresser à Elisabeth du Boucher-Lasry (01 45 48 87 81), Dominique Danic-Careil (27 42 34 53 75), Solal Rabinovitch (01 42 23 26 13). Constituer un « labo » nécessite deux responsables, un thème, et une petite dizaine d’inscrits qui s’exposeront chacun leur tour et écouteront chacun à son tour. Le travail qui s’y produit est de ceux dont l’expérience est unique.

Actuellement, deux laboratoires de pratique psychanalytique sont en cours d’expérience. L’un s’intitule : « Comment opère l’analyste face à un Réel traumatique qui peut amener un patient à la cure ou peut être découvert pendant la cure? » Ses responsables sont Ghislaine Capogna-Bardet et Helena d’Elia, et il se poursuivra les mercredis 10 octobre, 14 novembre, 12 décembre 2018, et 9 janvier, 13 février, 13 mars, 10 avril 2019, à 21 h à l’IPT, salle 12.

L’autre labo s’intitule « Les entretiens dits préliminaires ». Il a pour responsables Elisabeth Leypold et Annie Tardits, et se poursuivra tous les troisièmes mardis du mois à partir de septembre 2018, à 21 h, à l’IPT.

De nouveaux labos pourront s’ouvrir dans l’année qui vient.