La forclusion

[vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_custom_heading text= »Enfermés dehors » font_container= »tag:h3|text_align:left » google_fonts= »font_family:Abril%20Fatface%3Aregular|font_style:400%20regular%3A400%3Anormal »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »2250″ alignment= »right » border_color= »grey » img_link_large= »yes » img_link_target= »_blank » img_size= »full » css= ».vc_custom_1427724344708{padding-top: 10px !important;} »][/vc_column][vc_column width= »3/4″][vc_column_text]

     Fous, exilés, apatrides, exclus : ils sont enfermés dehors. Dehors, hors des frontières de leur pays comme hors des liens de leur langue maternelle. Mais les véritables enfermés dehors sont les fous, exilés à jamais de leur inconscient : ils ne sont pas seulement étrangers dans leur exil, ils sont étrangers à eux-mêmes, étrangers à leur histoire, étrangers à la langue de l’enfance. Ce n’est pas seulement d’un pays ou d’une langue qu’ils sont exilés ; le nom, la voix, le père les ont aussi abandonnés sans retour.

     La forclusion est le nom de la fracture qui les a enfermés hors de toute inscription, hors des traces de la route de nos rêves, du ciel de nos pensées, de la maison de notre douleur ou de notre joie : loin de notre heimlich. La forclusion n’a pas fait que frapper les signifiants fondateurs de l’inconscient, elle en a jeté la clé pour toujours.

     Ainsi la clinique de la psychose oblige à se confronter au concept qui en éclaire l’orée. Ce livre interroge, avec les textes de Freud et de Lacan, le processus de forclusion à l’origine de la psychose.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

Solal Rabinovitch, psychiatre, psychanalyste, est membre de l’École de psychanalyse Sigmund Freud.

1998. 120 p., 9,90 euros.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]