Les théories de l’ego, de la conscience et du moi à travers les siècles, n’ont pas les mêmes fonctions ni les mêmes valeurs que celles de la théorie analytique bien que cette dernière les prolonge. Du point de vue psychologique et moral le moi des théories classiques est très connecté à la mémoire de la conscience et à ses sensations.                                                                                                                 Dans la psychanalyse, au vu de ce qu’elle ajoute aux théories classiques, le moi a une valeur fonctionnelle toute différente et la conscience y est donnée comme illusoire.

Pour Lacan, tout ce qu’a écrit Freud après 1920 a pour but de rétablir la perspective exacte de l’excentricité du sujet par rapport au moi. Il compare la découverte freudienne à la révolution copernicienne tant la relation de l’homme à lui-même a changé d’éclairage.

Cette année nous avons interrogé la constitution d’une foule, à savoir comment un même Idéal du moi pris comme objet au détriment de son propre idéal a comme conséquence l’identification des individus les uns avec les autres dans leur moi ; nous avons aussi interrogé les différences entre le surmoi et l’Idéal du moi et comment les instances freudiennes se recomposaient après « L’au delà du principe de plaisir ».  

Ce séminaire reprendra le mercredi 21 octobre 2020 à 19 heures, en visioconférence (Zoom). Il débutera par une lecture de Christian Centner concernant le «  moi et le ça » dans une approche topologique.

Les réunions pour les mois de novembre et décembre auront également lieu en visioconférence ; leurs dates précises vous seront communiquées ultérieurement.

Il en sera de même pour les informations sur les modalités des réunions en 2021.

S’inscrire auprès d’Olivier Hache :

Olivier.hache@wanadoo.fr : 06 70 13 43 58