Colloque 2017 : l’étoffe d’un corps

« L’étoffe d’un corps »  

Colloque 2017 de l’EpSF

L’Ecole de psychanalyse Sigmund Freud organise un Colloque les 18 et 19 mars 2017 :
92 bis Boulevard du Montparnasse
75014 Paris.
Pour tout renseignement s’adresser à Eric Castagnetti (06 99 49 53 16 – ericcastagnetti@free.fr) ou à Françoise Samson (01 44 72 05 24 – samson.francoise@orange.fr)
« Ce que la douleur ne révèle pas. » 

Préparation du colloque

Stéphane Lemaire

« Dans cette présentation, j’essaie de rendre compte de deux aspects plausibles de la douleur. D’une part, la douleur semble signaler un dommage (au moins potentiel) pour notre organisme et son fonctionnement. C’est là une hypothèse plausible quant à la fonction biologique de la douleur. Mais d’autre part, l’expérience de la douleur n’est intuitivement que l’expérience d’une partie de notre corps comme douloureuse. En d’autres termes, ce qu’elle signale ne se signale pas au sujet. J’essaie de réduire cette tension dans le cadre des théories contemporaines de la conscience phénoménale. »
Stéphane Lemaire, docteur en philosophie, a publié un livre (une monographie) intitulée Les désirs et les raisons (Vrin), a édité deux volumes, un sur l’aveu (L’aveu, la vérité et ses effets, PUR) et un sur dans la revue Dialogue sur les valeurs (Values and value judgments : New perspectives), et un certain nombre d’articles sur les émotions.    Le jeudi 14 avril 2016 à 21 h à l’IPT salle 11

Plus d’informations à propos de Stéphane Lemaire, > cliquer ici

https://philo.univ-rennes1.fr/interlocuteurs/stephane-lemaire

Le baquet de Mesmer

Préparation du colloque

Vincent Noce, qui était venu l’an dernier nous parler de l’Abbé deGravure représentant un "Baquet" Choisy et de ce que Lacan appelle « la perversion normale », nous conduira à revisiter la préhistoire de la psychanalyse en nous présentant : « Le baquet de Mesmer ».

Franz A. Mesmer (1734-1815), par ses recherches sur le « magnétisme animal », les « pouvoirs »

Baquet de Mesmer

Baquet de Mesmer

thérapeutiques du « fluide universel » émanant du regard et sa pratique des « passes magnétiques », a ouvert la voie à l’hypnose, que Freud, à la suite de Charcot, a pratiquée, mais que sa rencontre avec l’hystérie lui fit abandonner pour inventer la psychanalyse.

Le mardi 7 juin à 21h à l’IPT, salle 11