Les di(t)mensions de la jouissance

     Parce que le langage ne permet pas de tout dire, Lacan se heurte à une difficulté liée à sa conception de l’inconscient structuré comme un langage pour rendre compte des manifestations de la jouissance qui échappent au fonctionnement du principe de plaisir.

    Il lui faut répondre à cette question: comment le sujet peut-il manier la jouissance si par définition l’accès à la jouissance lui est rendu impossible par la loi du plaisir et qu’en même temps cette jouissance lui est interdite par la loi ? C’est bien parce que  »pas tout est signifiant » que Lacan est amené à introduire la notion de jouissance de façon conceptuelle dans son enseignement.

    Les dimensions de la jouissance qu’il introduit de façon totalement nouvelle dans le champ freudien auront des conséquences très importantes sur la pratique et les fins de la psychanalyse.

Patrick Valas, psychiatre, psychanalyste.

1998. 168p., 13 euros.